WERELDREIZIGERS.NL
Accueil » Afrique » Maroc » NoFear Voyage en Afrique (1) | Ascension du Toubkal – Montagnes de l'Atlas

NoFear Voyage en Afrique (1) | Ascension du Toubkal – Montagnes de l'Atlas

Nous (Cor et Grietje van Voyage sans peur), être avec notre camping-car Toyota Hilux 4×4 voyager dans Afrique. Le continent africain est la Mecque de 'par la route' avec de nombreux itinéraires difficiles et de belles destinations. Le premier pays africain que nous visitons lors de notre voyage en Afrique du Sud est Maroc, où nous voulons gravir la montagne du Toubkal (4167 m). Dans cet article, nous vous racontons tout.



À propos du Toubkal

Le Toubkal est un sommet montagneux du sud-ouest du Maroc. Avec une hauteur de 4167 m, c'est la plus haute montagne du Atlas et du Maroc. Cette chaîne de montagnes est également le point culminant de l'Afrique du Nord et du monde arabe. La montagne est située à 63 km au sud-est de la ville de Marrakech, dans le parc national du Toubkal.

En route vers les montagnes de l'Atlas

De la côte ouest marocaine, nous conduisons au sud de Marrakech vers les montagnes. Du paysage sec, qui prend un peu des traits désertiques, il se profile
Atlas. De beaux bourgeons dans de nombreuses nuances différentes se rapprochent de plus en plus.

Coucher de soleil depuis l'Auberge | En route vers les montagnes de l'Atlas
Coucher de soleil depuis l'Auberge | En route vers les montagnes de l'Atlas
Paysage désertique | En route vers les montagnes de l'Atlas
Paysage désertique | En route vers les montagnes de l'Atlas

Il se fait tard alors nous cherchons un endroit pour la nuit. Nous avons lu que dans un petit hameau il y a une auberge où l'on peut manger et passer la nuit dans leur cour. Cela nous semble être un bel endroit.

A l'arrivée dans le village nous ne trouvons pas l'auberge dans un premier temps. Mais notre attitude de recherche est remarquée par un villageois qui nous conduit à l'auberge. Ce n'est pas loin, mais les rues étroites et les virages serrés combinés aux pentes abruptes rendent l'accessibilité difficile. Nous conseillons donc de ne pas chercher cet hébergement avec des moyens de transport supérieurs à 6 mètres.

l'auberge

Personne n'est présent dans l'auberge, mais nous sommes guidés par le villageois. Il y a des toilettes et une douche, ce qui est agréable ! Plus tard, il s'avère que la douche ne donne pas d'eau et pour les toilettes turques, vous devez apporter votre propre papier. Heureusement, nous y sommes habitués. Le villageois demande si nous voulons manger.

Peu à peu, nous commençons à réaliser qu'il est plus que quelqu'un qui nous montre le chemin. La communication est très difficile, là son français est encore pire que le nôtre. Mais la proposition de la nourriture nous semble bonne. Nous prenons rendez-vous pour nous rejoindre à sept heures. Nous nous asseyons dans une salle où il sert un savoureux tajine. Le plat national, cette fois avec du poulet. Il s'avère que l'homme est aussi le cuisinier et le serveur… Nous n'avons toujours pas vu le propriétaire de l'auberge.

Enfants jouant

Il est clair pour nous depuis un certain temps que les enfants aiment attirer l'attention des touristes. Pour eux, nous sommes des créatures presque étranges. Immédiatement après notre arrivée, nous voyons des visages timides jeter un coup d'œil à travers les buissons. Ils sont curieux de nous. C'est un beau spectacle de voir comment ils se rapprochent progressivement.

En voyant les visages doux, interrogateurs et curieux, difficile de ne pas leur offrir un bonbon ou un biscuit. Nous cédons à la pression et dépensons un demi-paquet de biscuits dessus. Et puis… un voisin en colère passe la tête au coin de la rue et les enfants les font fuir. Ils ont appris à ne pas déranger les touristes, mais cette fois le défi était trop grand pour eux. Le soir et le lendemain matin, ils recommencent le jeu, mais nous avons appris à ne plus nous en accommoder.

Départ sans payer

Après notre petit-déjeuner au yaourt, il est temps de continuer notre route vers le Toubkal. Mais il n'y a personne autour de l'auberge. On veut payer la nuitée, le dîner et le pourboire pour les bons soins… mais à qui ? Il n'y a personne. Et le simple fait de déposer un montant quelque part ne se sent pas bien non plus. Après avoir ouvert toutes les portes, appelé partout, attendu et attendu un peu plus longtemps, nous avons décidé de partir. Dans le village on demande aux différents commerces le villageois ou éventuellement le propriétaire, mais personne ne sait rien. Nous quittons le village avec un étrange sentiment d'insatisfaction.

Vers Oukaimeden

Parce que nous voulons éviter la touristique Imlil - qui est en fait le point de départ d'une balade vers le Toubkal - nous nous dirigeons vers Oukaimeden (2650 m). Nous avons lu qu'il y a aussi des opportunités de départ là-bas. Nous recherchons un guide. L'ascension du Toubkal avec un guide est obligatoire, en partie parce que deux filles scandinaves ont été tuées dans la région.

A la recherche d'un guide

Nous entrons dans un restaurant au hasard qui ressemble un peu à l'ouest et nous demandons un guide au propriétaire. Il sort et demande à l'un des "hommes" dans la rue. Il ne faut pas longtemps avant qu'il ne se répande comme une traînée de poudre qu'il y ait des touristes à la recherche d'un guide. Des appels sont passés et des cyclomoteurs font des allers-retours. Puis quelqu'un vient nous dire qu'il connaît quelqu'un, mais que cette personne ne parle pas anglais.

L'homme en question est mobilisé et sorti de son quotidien berbère. Nous avons du mal à communiquer avec lui, mais nous parvenons à nous arranger sur l'itinéraire. Nous serons sur la route pendant 5 jours, à partir de demain matin. Il y a aussi un porteur à cheval. Ce luxe signifie que nous n'avons pas à transporter nos propres bagages. Mustafa ne parle que le berbère avec une touche de français et d'anglais. Avec nos «mains et nos pieds», nous le découvrirons.

Mosquée

Ensuite, nous devons trouver un endroit sûr pour le campeur pendant environ 5 jours, il connaît quelqu'un pour cela. Nous garons le camping-car dans la cour près de la maison de quelqu'un. Un peu plus tard, nous découvrons qui sont nos voisins. La mosquée… Ce n'est pas si mal, mais les meilleurs musulmans ont l'habitude d'appeler à la prière cinq fois par jour.

Les chevaux regardent pour voir s'il reste quelque chose dans la terre | En route vers les montagnes de l'Atlas
Les chevaux regardent pour voir s'il reste quelque chose dans la terre | En route vers les montagnes de l'Atlas
Passer la nuit à côté d'un tyran des pistes | En route vers les montagnes de l'Atlas
Passer la nuit à côté d'un tyran des pistes | En route vers les montagnes de l'Atlas

Eh bien, si vous passez la nuit à côté d'une telle mosquée, vous serez debout dans votre lit à 5.30h7 du matin. Heureusement, nous devons être prêts pour la marche à XNUMX heures.

Escalader le mont Toubkal

Le premier jour de marche

Le premier jour, nous marchons dans les montagnes avec le guide Moustafa et le porteur Omar avec son cheval et commençons une douce montée vers un col. De là, nous avons une vue fantastique. On prend des photos et on profite au maximum. La communication avec Mustafa et Omar est un peu difficile, mais ils se révèlent être des hommes sympathiques qui font de leur mieux pour se faire comprendre.

Parc National du Toubkal
Parc National du Toubkal
Maisons berbères avec élevage de moutons
Maisons berbères avec élevage de moutons
Au premier col | Toubkal d'escalade
Au premier col | Toubkal d'escalade

Après le col nous passons devant un hameau appelé Tamguist, où nous mangeons un tajine dans le seul restaurant local.

Continuez ensuite à travers le village berbère et voyez les conditions de vie et de vie des habitants. Tout est très pauvre et démuni selon les normes occidentales, mais nous avons la forte impression que les gens s'amusent bien.

Chalet caché | Toubkal d'escalade
Chalet caché | Toubkal d'escalade
garçons du village | Toubkal d'escalade
garçons du village | Toubkal d'escalade

Nous montons plus loin jusqu'au prochain col et voyons Imlil de l'autre côté. En descendant, nous atteignons quelques colonies juste à l'extérieur du village. Ici nous croisons de nombreux gîtes, auberges et hôtels. Vous pouvez voir de tout ce que c'est touristique ici. De nombreux bus touristiques avec une excursion d'une journée au départ de Marrakech sont garés le long de la rue. Nous nous promenons dans la rue principale et sommes régulièrement approchés par des vendeurs de toutes sortes de marchandises. Maintenant, nous sommes habitués à cela, mais vous remarquez que c'est un peu plus hostile ici.

Notre adresse de nuit est heureusement loin d'Imlil dans un petit gîte confortable. Après être entrés dans notre chambre, nous nous allongeons sur le lit et profitons du calme pendant un moment. Après 20 kilomètres et 2100 m de dénivelé positif et négatif, nous avons mérité ce repos.

D'Imlil au refuge les Mouflons

Après un délicieux petit déjeuner marocain (fromage aux amandes, beurre de cacahuètes à base d'amandes) nous partons en direction du refuge les Mouflons, point de départ de la montée vers le sommet.

Petit-déjeuner marocain au fromage d'amande | Toubkal d'escalade
Petit-déjeuner marocain au fromage d'amande | Toubkal d'escalade

Un contrôle de police suit rapidement. Le guide doit montrer qu'il a droit au moyen de son billet et nous devons montrer nos passeports. Après ce contrôle nous rencontrons de plus en plus de randonneurs. Et les porteurs avec des chevaux et des ânes, beaucoup de choses sont balayées d'avant en arrière.

Le chemin monte lentement mais sûrement. Nous ne le vivons pas comme une marche difficile, bien que la montée soit d'environ 1400 mètres. Sur le chemin, nous croisons une équipe de travailleurs acharnés qui nivellent le chemin, mettent de côté des pierres épaisses et ratissent le tout. Travail difficile, chapeau !

Travailleurs acharnés | Toubkal d'escalade
Travailleurs acharnés | Toubkal d'escalade
Installation de refroidissement à l'eau de source de montagne | Toubkal d'escalade
Installation de refroidissement à l'eau de source de montagne | Toubkal d'escalade

Lever du soleil sur le Toubkal

Le refuge les Mouflons (3207 m) se révèle être un refuge de montagne moderne et luxueux. Il y a un choix de dortoirs et même de chambres privées. Le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner sont servis par un personnel amical.

Nous convenons avec notre guide de partir tôt le lendemain, trois heures et demie. Nous marchons ensuite vers le sommet dans l'obscurité et pouvons admirer le lever du soleil. On se couche tôt pour se lever tôt demain.

Refuge de Mouflons à 3207m | Toubkal d'escalade
Refuge de Mouflons à 3207m | Toubkal d'escalade
les Mouflons | Toubkal d'escalade
les Mouflons | Toubkal d'escalade

Le dernier morceau

Quand le réveil sonne à trois heures, il y a déjà du bruit dans la cabane. Il y a plusieurs personnes qui apparemment veulent gravir le Toubkal à cette heure. Il n'y a pas d'éclairage dans la cabine à l'exception de quelques lampes de secours. Economie d'énergie! Heureusement, nous avons nos lampes frontales avec nous, dont nous aurons besoin pendant la montée.

Après un simple petit déjeuner nous rencontrons Mustafa et nous entrons dans la nuit noire. Avec les lampes frontales on voit au moins où mettre les pieds. Le chemin raide s'avère moins facile que la montée d'hier. Des cailloux roulent régulièrement sous nos pieds. Après environ deux heures et demie d'ascension, un peu de lumière arrive doucement de derrière les sommets des montagnes. Continuez un moment.

Nous avons été informés à l'avance du mal de l'altitude et bien sûr de la rareté de l'air dès que vous montez plus haut. Mais ce n'est pas si mal, tout au plus une respiration accélérée, mais cela peut aussi être dû à l'effort.

Lorsque nous atteignons le sommet, une montée d'adrénaline nous parcourt : WE MADE IT !

Nous préparons notre appareil photo et maintenant nous devons attendre le moment magique, le moment où le soleil inaugure un nouveau jour. Dans notre enthousiasme nous prenons de nombreuses photos.

Attendre le bon moment | Toubkal d'escalade
Attendre le bon moment | Toubkal d'escalade
À la recherche du meilleur poste ensemble | Toubkal d'escalade
À la recherche du meilleur poste ensemble | Toubkal d'escalade
Juste avant le lever du soleil | Toubkal d'escalade
Juste avant le lever du soleil | Toubkal d'escalade
Toubkal 4167m | Toubkal d'escalade
Toubkal 4167m | Toubkal d'escalade

Crash d'avion

Après nous être remis de cette merveilleuse expérience, il est temps de commencer la descente. La grande majorité des gens empruntent le même chemin. Mais Mustafa, notre guide a compris depuis longtemps que nous préférons sortir des sentiers battus et sommes partants pour l'aventure, alors nous prenons un itinéraire alternatif. Après une demi-heure, nous arrivons près d'un sommet de montagne légèrement plus bas. Mustafa nous emmène à l'étage et ce qu'on y voit nous émerveille vraiment. Au sommet de la montagne pointue se trouve un moteur d'avion.

Aluminium totalement tordu, mais clairement visible ce que c'était. Peu à peu, l'histoire d'un accident d'avion nous devient claire. Un énorme accident s'est produit ici. Mustafa essaie de nous expliquer ce qui s'est passé ici. Mais cela devient assez compliqué si vous avez du mal à vous comprendre.

Moteur d'avion 1 | Toubkal d'escalade
Moteur d'avion 1 | Toubkal d'escalade
Moteur d'avion 2 | Toubkal d'escalade
Moteur d'avion 2 | Toubkal d'escalade
Moteur d'avion 3 | Toubkal d'escalade
Moteur d'avion 3 | Toubkal d'escalade

Plus tard, nous avons découvert qu'un avion à hélice quadrimoteur s'était écrasé ici en novembre 69. Au départ, on savait seulement que l'avion avait disparu du radar, mais était introuvable. Ce n'est qu'en juillet 70 que les alpinistes ont retrouvé l'épave dans la zone inhospitalière.

L'avion militaire était en route de Faro, Portugal à Sao Tombe, et transportait des munitions et huit personnes. L'épave est répartie sur une vaste zone car l'impact contre le sommet de la montagne a brisé l'avion en deux et l'épave est tombée des deux côtés. Lors de notre descente, nous rencontrons de nombreuses autres épaves, dont un deuxième moteur.

Voir | Toubkal d'escalade
Voir | Toubkal d'escalade

Trouvaille macabre

Quatre des huit corps ont été récupérés et enterrés sur place. Qu'est-il arrivé aux quatre autres… introuvables ? Enterrer dans les montagnes signifie recouvrir les corps de quelques grosses pierres. Pas de plaque signalétique, rien d'autre. Maintenant, plus de 50 ans plus tard, nous pouvions voir les restes humains des morts entre les pierres. Des parties de vêtements non décomposés étaient également visibles. Une trouvaille macabre.

Nous avions besoin de la dernière partie sur le chemin du retour vers le refuge pour traiter certaines choses.

Retour à Imlil

Au refuge, nous buvons une tasse de thé, faisons nos valises et partons pour la descente de 1400 mètres vers Imlil. Descendre seul semble facile, mais c'est une erreur de jugement que nous subissons de plus en plus souvent. Au final nous avons monté environ 4 mètres et descendu 1100 mètres à partir de 2400 heures du matin. Comme un sac de sel, nous nous sommes effondrés sur nos lits dans le gîte où nous avons passé la première nuit.

Le quatrième jour

Le lendemain Mustafa, Omar, le cheval et nous partons pour une balade d'environ 13 kilomètres à la conquête de deux coltjes. C'est un autre itinéraire loin des sentiers battus où nous profitons de l'environnement montagneux et traversons un certain nombre de villages berbères.

Bivouac si près de la population berbère pendant un peu plus longtemps nous donne un aperçu fantastique de leur vie. Les villages ont l'air absolument minables et préhistoriques de l'extérieur. Beaucoup de bric-à-brac, pas de rues pavées, des bâtiments inachevés qui sont juste carrés, tout ce que vous rencontrez. (Il n'est pas question de forme ronde)
Mais en entrant c'est parfois étonnamment moderne.

Extérieur de la maison berbère
Extérieur de la maison berbère
À l'intérieur de la maison berbère
À l'intérieur de la maison berbère

Vers le gîte Gliz

Ensuite, nous montons plus loin jusqu'au col suivant, car il commence à tonner. Nous enfilons nos imperméables et continuons notre chemin. Au-dessus du col, le paysage se transforme en pierre rouge avec de plus grands arbres. De l'autre côté de la vallée, nous voyons un petit village où se trouve également notre gîte. La dernière partie que nous devons gravir dur pour l'atteindre.

En route vers Gliz 1
En route vers Gliz 1
En route vers Gliz 2
En route vers Gliz 2
Paysage impressionnant
Paysage impressionnant

A notre arrivée, nous sommes immédiatement dirigés vers la chambre et sommes émerveillés par le luxe. Une douche spacieuse, du papier toilette, des serviettes et un lit fait sont les particularités.
Après une douche rafraîchissante, nous allons déjeuner et prenons une salade avec un œuf au plat. Sur le balcon, nous avons une vue fantastique. Nous apprécions le ciel orageux contre les sommets des montagnes.

Plus tard pendant le dîner, nous avons de nouveau droit à un magnifique coucher de soleil et ne pouvons pas résister à prendre quelques photos supplémentaires.

Différentes nuances | Toubkal d'escalade
Différentes nuances | Toubkal d'escalade
Voir le gîte Gliz | Toubkal d'escalade
Voir le gîte Gliz | Toubkal d'escalade
Coucher de soleil depuis le gîte Gliz | Toubkal d'escalade
Coucher de soleil depuis le gîte Gliz | Toubkal d'escalade

Le dernier jour

On nous sert un délicieux petit déjeuner et on s'installe avec Hassan, le propriétaire de l'hôtel. Dans le registre de nuit, nous voyons que les derniers invités sont arrivés en juin. Et avant cela, des invités début 2020, avant corona. Comment est-il possible qu'une si belle propriété n'ait pas une plus grande occupation? Eh bien, plus tard, nous réalisons à quel point ces maisons sont construites à distance. Personne n'aime ça ! Il n'y a vraiment rien à faire à part marcher.

Nous partons à 9h par la seule route d'accès. Il faut monter environ 600 mètres et la route est facile pour les marcheurs. De plus, seuls les véhicules 4×4 peuvent passer. Il n'est absolument pas question de taxi ou de bus. Les résidents sont donc dépendants d'un cheval ou d'un âne. Nous réalisons une fois de plus à quel point le village est éloigné et ce que cela signifie pour les habitants.

Nous continuons et arrivons au col où nous avons un bel aperçu de la région. Ici, nous voyons qu'un sommet de montagne à côté du Toubkal est recouvert de neige. La première neige de la saison. Alors hier pendant l'orage un nuage a laissé la première neige. C'est loin, mais on arrive à le prendre en photo.

La première neige
La première neige

Puis nous continuons vers le camping-car, mais en chemin nous sommes toujours invités pour un thé traditionnel avec un ami de Mustafa.

Ici, nous allons aux toilettes. Un stand super petit, avec un trou dans le sol. Très primitif, mais amusant à vivre. Après le thé avec des biscuits, des oliebollen, du pain, de l'huile d'olive et du miel, nous allons au camping-car. Pour couronner le tout, Mustafa nous invite à dîner avec lui le soir.

Thé avec la famille berbère
Thé avec la famille berbère

Manger avec une famille berbère

Nous n'avons aucune idée de comment vit Mustafa, mais dans l'après-midi, il a pointé du doigt la direction du village où se trouvent les structures les plus traditionnelles. A sept heures, il vient nous chercher et nous nous dirigeons vers sa maison. Il exhibe fièrement ses biens. Une structure aux murs tordus et une porte d'entrée faite d'un toit en zinc qui révèle qu'il ne s'agit pas d'architecture.

Nous entrons dans la partie où les 20 chèvres et un troupeau de poules ont également leurs quartiers de nuit et nous rencontrons le fils de 18 ans qui a passé toute la journée avec les chèvres dans les montagnes.

Ensuite, nous passons par une autre petite porte et entrons dans la cuisine où la sympathique épouse de Mustafa remplit le petit espace. Puis direction la pièce qui fait également office de chambre. La cabine en béton 3 × 4 est recouverte de quelques tapis et coussins. Pas de chaises, juste une petite table. Il n'y a pas d'éclairage électrique dans la pièce et la petite lumière provient d'une flamme de gaz.

Maisons berbères
Maisons berbères

Lire aussi: Itinéraire touristique Maroc en 2, 3 ou 4 semaines | Tous les incontournables et conseils de voyage

Nous nous installons sur les nappes autour de la table et prenons immédiatement le thé. Traditionnellement accompagné de nombreux biscuits et confiseries. On peut communiquer un peu avec Mustafa mais pas du tout avec le fils et la femme. Ils ne parlent que le berbère.
Après le thé, nous sommes surpris par un bol rempli de couscous, de légumes et de viande de chèvre. Une cuillère pour chacun et si délicieusement confortable de manger ensemble dans le bol.

Bien que nous ne puissions pas communiquer avec le fils et la femme, c'est toujours confortable et nous profitons d'un moment unique avec des gens très sympathiques et adorables.

Après le couscous on prend du melon et on se dit au revoir. Mustafa nous ramène au camping-car dans l'obscurité totale.



Voyage sans peur

Voyage sans peur

Un Drent et un Frison ont attrapé le virus du voyage et parcourent le monde avec leur camping-car 4×4. Nous sommes Cor et Grietje de NoFear Reizen et nous vous accompagnerons roadtrip aventure.

1 commentaire

Écrit par:

Voyage sans peur

Voyage sans peur

RECHERCHÉ

LISTE DE CONTRÔLE DE VOYAGE

✔️ Cette assurance voyage couvre également les zones oranges.
✔️ Comparez et réservez billets d'avion les moins chers.
✔️ Économisez et réservez le meilleur activiteiten.
✔️ Plusieurs hôtels ? Alors réservez avec 20 % de remise Génie.
✔️ Enregistrez et réservez votre aéroport place de stationnement.
✔️ Roadtrip† Comparez et réservez une réduction voiture de location.
✔️ Préparer un voyage ? Noter une pratique guide de voyage.
✔️ Besoin d'un sac à dos ou d'une valise ? Offres ici.
✔️ Cadeau† Je donne 500 fois 10 euros !

Traduire "
Copier le lien