WERELDREIZIGERS.NL
Accueil » Afrique » Mauritanie » NoFear Voyage en Afrique (3) | Par voie terrestre en Mauritanie

NoFear Voyage en Afrique (3) | Par voie terrestre en Mauritanie

Nous (Cor et Grietje van Voyage sans peur), voyager avec notre camping-car Toyota Hilux 4×4 porte Afrique. Le continent africain est la Mecque de 'par la route' avec de nombreux itinéraires difficiles et de belles destinations. Le premier pays africain que nous avons visité lors de notre voyage à Afrique du Sud le présent est Maroc suivi par Mauritanie. Dans cet article on vous dit tout sur la suite de l'aventure (débarquement en Mauritanie). Bien sûr vous recommencez en regardant la vidéo en haut de la page !


À propos de NoFear Travel | Overlanders

Un Drenthe et un Frison ont attrapé le virus du voyage et parcourent le monde avec leur camping-car Toyota Hilux 4×4. Nous sommes Cor et Grietje van Voyage sans peur et nous vous accompagnerons roadtrip / aventure terrestre. Vous trouverez ci-dessous un bref aperçu (extensible) de nos articles précédents. Amusez-vous à lire!


Le passage frontalier entre le Maroc et la Mauritanie

Lors de notre voyage en Afrique australe, nous quittons le Maroc et nous lançons une aventure en Mauritanie. L'aventure commence à la frontière. Dans Europe on ne connaît presque plus les contrôles aux frontières, en Afrique c'est autre chose…

La frontière du Maroc

Nous servons d'abord un timbre de sortie à atteindre du côté marocain. Comme nous arrivons vers deux heures et que les douaniers ont une pause jusqu'à trois heures, nous devons nous taire un moment. Après vérification avec un chien et avec un scan qui inspecte tous les côtés du camping-car, le temps d'attente nécessaire et une certaine ambiguïté, on obtient le tampon et on nous souhaite un bon voyage en Mauritanie.

La frontière de la Mauritanie

Vient ensuite un morceau de no man's land. Un mauvais tronçon de route avec une épave de voiture ici et là et beaucoup de ferraille nous amène à la porte pour Mauritanie. Immédiatement, nous sommes attaqués par un certain nombre de "réparateurs". Ce sont des hommes qui veulent vous aider à traverser la frontière moyennant des frais. Mais nous avons lu que ces fixateurs ne sont pas nécessaires et nous les évitons donc.

En attendant, du fait de toutes les pré-informations et de l'attitude des gens d'ici, nous avons la forte impression qu'ils en ont après notre argent, juste ou non ! Alors faites attention!!

Dans le premier bureau terriblement vieillot et poussiéreux, le douanier dort sur un canapé. Lorsqu'il nous voit, il reprend lentement vie et commence à taper sur son ordinateur historique. Tout cela prend beaucoup de temps, mais nous gardons notre calme. C'est l'Afrique….

Puis retour au bureau suivant où nous recevons les vrais visas à 55 euros chacun.

Internet, suspension de voiture et assurance responsabilité civile

Puis direction la police et la gendarmerie pour finir quelques papiers. Le tout dans des pièces sales et poussiéreuses avec des employés inefficaces. On note tout de même une assurance responsabilité civile pour le camping-car et une carte SIM avec data pour utiliser internet. Et enfin nous pouvons entrer en Mauritanie. Après environ 4 heures, nous nous donnons un high-five… nous y sommes !

Nous désenregistrons le camping-car du RDW (suspendre), puis nous n'avons plus à payer la taxe de circulation néerlandaise. Nous annulons également l'assurance camping-car néerlandaise, elle ne couvre de toute façon pas en Afrique.

Boulenoir, notre première nuitée | Par voie terrestre en Mauritanie
Boulenoir, notre première nuitée | Par voie terrestre en Mauritanie

Nous avons immédiatement mis le cap en direction de l'est. Le vent souffle fort et la température avoisine les 28 degrés. Le sable est partout, soufflant sur la route et l'air en est plein. Nous cherchons un endroit un peu abrité et le trouvons en bordure de Boulenoir, à côté d'une ruine et un peu à l'abri du vent.

À propos de la Mauritanie – quelques informations de base

La Mauritanie borde le Sahara occidental, Algérie, Mali, Sénégal et la côte atlantique. Le pays fait environ deux fois la taille de l'Espagne et ne compte que 4 millions d'habitants dont un quart vit dans la capitale Nouakchott. La zone est largement déterminée par le Sahara. Des plaines infinies, des dunes de sable, des champs de gravier, quelques zones montagneuses et rien d'autre définissent le tableau.

Conseils de Voyage

Carte conseils aux voyageurs Mauritanie | Source : Pays-Bas dans le monde
Carte conseils aux voyageurs Mauritanie | Source : Pays-Bas dans le monde

Jetez un œil à la carte de conseils aux voyageurs du ministère des Affaires étrangères (ici plus d'informations) nous indique qu'une grande partie du pays est rouge. Donc sois prudent!

islamique

La population est majoritairement islamique, la religion joue un rôle majeur dans la vie quotidienne. On remarque que les gens sont généralement encore plus traditionnels qu'au Maroc par exemple. Il y a de la pauvreté, certes, mais nous n'avons pas l'impression que les gens meurent de faim. Le niveau de vie n'est évidemment pas comparable au monde occidental.

Mines et pêche

Le pays vit principalement des mines de fer au nord-est et de la pêche à l'ouest. Certains minéraux sont également extraits, notamment l'or et le pétrole. Il n'y a pratiquement pas d'agriculture et le tourisme en est encore à ses balbutiements dans la plus petite taille. une poignée Overlanders ne visite le pays que quelques jours.

Un peu d'ombre | Par voie terrestre en Mauritanie
Un peu d'ombre | Par voie terrestre en Mauritanie

Le voyage à travers la Mauritanie

Vers l'inconnu

Le règlement Boulenoire (lieu ici) est une collection de ruines. Nous le traversons et voyons que les chemins de terre entre les maisons sont pleins de bosses de sable. Certaines personnes dans la rue hésitent un peu à saluer, d'autres saluent fréquemment. Sur un stand qui ressemble à une boutique, nous achetons du pain. Deux baguettes françaises, apparemment c'est la norme ici. Les gens parlent un "peut français", sinon seuls arabisch. Mais nous y arriverons.

À l'extérieur du village, nous cherchons la piste hors route que nous pouvons suivre le long d'une ligne sur notre équipement de navigation. Bientôt, la piste semble constituée de beaucoup de sable. Nous baissons la pression des pneus à environ un bar et demi et continuons notre route le long de la voie ferrée. Le sous-sol varie du sable à divers types de pierre. La vue est plate et infinie. Environ 400 kilomètres de hors-piste nous attendent. Après une demi-heure, nous voyons un autre homme marcher avec environ 40 dromadaires.

Gardien de dromadaire | Par voie terrestre en Mauritanie
Gardien de dromadaire | Par voie terrestre en Mauritanie

Il n'y a rien d'autre!

Le train du minerai de fer

Nous suivons la piste du train de minerai de fer emblématique. Le train est chargé dans le nord-est du pays et suit la voie sur environ 650 kilomètres en direction ouest pour rejoindre la ville portuaire. Nouadhibou (lieu ici) à transborder sur des navires. Le minerai de fer est expédié dans le monde entier.

5 locomotives tirent le train géant de minerai de fer | Par voie terrestre en Mauritanie
5 locomotives tirent le train géant de minerai de fer | Par voie terrestre en Mauritanie

Ce qui rend le train spécial, c'est sa longueur. 200 wagons sont régulièrement amarrés, la longueur de l'ensemble du colosse pouvant atteindre environ 3 kilomètres.

650 kilomètres | Par voie terrestre en Mauritanie
650 kilomètres | Par voie terrestre en Mauritanie

Le train et son histoire sont encore plus impressionnants car il est possible pour les voyageurs aventureux de terminer le parcours au sommet d'un wagon. CNN a écrit quelque chose à ce sujet récemment. Cela ne coûte rien et vous obtenez une expérience "une fois dans une vie" en conduisant à travers le désert. Le conseil est de porter des lunettes de ski contre la poussière.

Balade en chariot | Par voie terrestre en Mauritanie
Balade en chariot | Par voie terrestre en Mauritanie
Wagon cassé | Par voie terrestre en Mauritanie
Wagon cassé | Par voie terrestre en Mauritanie

Nous suivons la piste sur environ 400 kilomètres tout droit à travers le sable. Parfois, nous roulons avec raideur à côté de la piste, parfois à des kilomètres de celle-ci. Il y a peu de vie le long du chemin. Parfois on voit des dromadaires ou un village abandonné. Nous voyons régulièrement des bâtiments où les gens vivaient. Une paire de rails verticaux a servi de construction aux structures abandonnées qui servaient autrefois d'abris aux cheminots.

Carcasses de maisons abandonnées | Par voie terrestre en Mauritanie
Carcasses de maisons abandonnées | Par voie terrestre en Mauritanie

inal 

À peu près à mi-chemin de la piste au village (presque) désert inal (lieu ici) nous décidons de passer la nuit. Le long de la piste se trouve un poste de contrôle de la gendarmerie. Ils voudraient des copies de nos passeports et papiers de voiture. Les sympathiques messieurs nous disent qu'il n'y a pas eu de passants ces deux derniers jours. Avant cela, un groupe d'Allemands avec une Landrover. Nous demandons de l'eau et sommes conduits directement au puits. L'homme sort une tasse et montre fièrement qu'elle est buvable. Plus tard, il s'avère que le train s'arrête parfois à cet endroit et laisse derrière lui un wagon avec de l'eau potable.

Puis soudain le chef des gendarmes apparaît. Il semble très honoré de notre visite. Il nous emmène à travers le village et nous dit qu'il y a encore 5 familles qui y vivent avec un total de 20 personnes. Et donc, il y a trois gendarmes.

Séjourner à Inal | Par voie terrestre en Mauritanie
Séjourner à Inal | Par voie terrestre en Mauritanie

Il nous montre le meilleur endroit entre bidonvilles et ruines où l'on peut voir le train ce soir quand il repasse.

L'homme est tellement content de notre visite que le soir il nous apporte un bol de nouilles. C'était bon, mais c'est maintenant la coutume de mélanger la nourriture avec du sable. 

Lorsque nous partons le lendemain matin, nous recevons une boîte d'eau supplémentaire et il nous souhaite un bon voyage. Il appelle le prochain poste de gendarmerie pour qu'ils sachent qu'on arrive.

Ben Amira (monolithe)

Non loin de la voie ferrée se trouve le deuxième plus grand monolithe du monde, le Ben Amir (lieu ici). Seul l'Uluru australien est plus grand. 

Un système monolithe est un seul morceau de roche / roche, souvent laissé après l'érosion. Il est souvent situé au milieu d'un paysage autrement essentiellement plat.

Le Ben Amira culmine à 633 mètres au-dessus de la surface du désert.

Passer la nuit à côté du Ben Amira | Par voie terrestre en Mauritanie
Passer la nuit à côté du Ben Amira | Par voie terrestre en Mauritanie

À l'arrivée, il semble y avoir un grand bassin d'eau à côté du monolithe. Il ne semble pas que ce soit un lac permanent. Plus tard, il s'avère qu'il a plu exceptionnellement ici et c'est pourquoi la flaque a été créée. Nous utilisons l'eau pour nager et passons une bonne nuit.

Il fait chaud, disons terriblement chaud, 45+. Nous abandonnons bientôt notre tentative d'ascension du monolithe. Trop chaud, trop stylé !

lézard | Par voie terrestre en Mauritanie
lézard | Par voie terrestre en Mauritanie

Au pied des montagnes nous photographions un lézard magnifiquement coloré.

Bab Sahara

Encore 60 kilomètres dans le sable et 100 kilomètres sur l'asphalte avant de Atar (lieu ici) atteindre. A Atar, nous voyons une partie de la vraie culture/vie de la rue mauritanienne. Des trous dans les rues non pavées, beaucoup de terre sur le chemin, des ânes, des chèvres, de nombreuses vieilles voitures, des gens habillés de façon traditionnelle et le chaos déterminent la scène de la rue. Et tout ça avec un vent et 45+.

atar | Par voie terrestre en Mauritanie
atar | Par voie terrestre en Mauritanie

Atar est sur notre liste de souhaits pour passer la nuit Camping Bab Sahara (lieu ici), un concept chez les overlanders. Nous espérons rencontrer d'autres étrangers et obtenir des informations sur la région et la Mauritanie.

Malheureusement, le propriétaire du camping néerlandais lui-même n'est pas présent, il est en Pays-Bas. Nous sommes les seuls clients. Nous réalisons que l'atterrissage après Covid est loin d'être en cours.

Lorsqu'il s'avère également qu'il n'y a pas d'eau potable en raison des récentes inondations, que l'électricité tombe en panne et que la machine à laver ne fonctionne pas non plus, nous décidons de refaire nos valises. Nous avons mis le cap sur la capitale, Nouakchott, à quelque 500 kilomètres de la côte ouest.

Nouakchott

En route vers Nouakchott, le capitale de la Mauritanie nous sommes contrôlés environ 12 fois. Puis par la police, puis par la douane ou la gendarmerie. Ils veulent toujours une «fiche», un papier avec les détails du passeport et de la voiture dessus. Heureusement, nous avons fait suffisamment de copies pour répondre à la demande.

En route pour Nouakchott | Par voie terrestre en Mauritanie
En route pour Nouakchott | Par voie terrestre en Mauritanie
station-service | Par voie terrestre en Mauritanie
station-service | Par voie terrestre en Mauritanie

A Nouakchott nous allons au restaurant/hôtel Terjit Vacances (emplacement ici). Cet hébergement est également régulièrement visité par des overlanders. Vous pouvez passer la nuit sur le parking et il y a des sanitaires propres. Un hôtel vient d'être construit, où nous utilisons avidement la machine à laver.

Le complexe est situé sur la plage. C'est super, alors on peut aller régulièrement dans la mer pour se rafraîchir bien nécessaire.

Bientôt nous prenons contact avec le propriétaire. Il a apparemment l'intention de nous chouchouter et propose de se joindre à nous pour une visite de la ville. En tant qu'entrepreneur, il a clairement dépassé la moyenne mauritanienne. Il s'avère qu'il a également une entreprise de construction en plus de l'hébergement de loisirs. Nous montons dans sa grosse Ford F150 et partons avec lui à travers la ville.

Une rue de Nouakchott
Une rue de Nouakchott
Une rue de Nouakchott
Une rue de Nouakchott

Nous buvons une tasse de café dans un café occidental moderne et continuons vers l'ancien aéroport international au milieu de la ville. Il dit que le processus de déplacement vers la périphérie de la ville est plein de corruption, personnellement organisée par le président du pays.

Un peu plus tard, nous roulons sur l'ancienne piste où il n'y a clairement aucune règle de circulation.

Puis nous arrivons dans un garage où le propriétaire -pour des raisons religieuses- ne serre pas la main de Grietje. Nous avons des questions techniques sur notre Hilux.

Alors qu'il est régulièrement au téléphone, nous nous rendons dans son bureau où nous rencontrons son père qui y habite également.

Ensuite, nous partons en inspection sur un projet de construction dont il est le maître d'œuvre. C'est un bâtiment de banque et il montre fièrement le grand coffre-fort en brique dont il a la clé pour le moment.

Le marché au coeur de Nouakchott

Ensuite, nous aimerions continuer à pied à travers la ville car vous voyez la vie en ville différemment.

Il nous dépose au cœur de la ville. C'est calme dans la rue. Logiquement, c'est vendredi après-midi, les gens sont dans la mosquée. Par coïncidence, nous passons devant une mosquée qui se vide. Une foule nombreuse (hommes uniquement) se fraie un chemin dans les rues. Beaucoup vont au marché où ils mangent et boivent du thé. C'est occupé, chaud et, en ce qui nous concerne, terriblement sale. Cela surpasse les souks et les médinas du Maroc de tous côtés.

Le marché de Nouakchott
Le marché de Nouakchott

Ce sont tous des hommes habillés de façon traditionnelle, et nous nous sentons plus que jamais inadaptés. Les hommes ont le regard gris, ne sourient pas et nous regardent comme si nous venions d'une autre planète. 

Ensuite, nous nous dirigeons vers un supermarché plus occidental et faisons quelques courses. Les prix sont européens. 

À l'extérieur du supermarché, nous prenons un taxi pour retourner au camping-car. Eh bien, un taxi ? Outre toutes les bosses, il n'a pas un seul miroir. Grietje espère qu'au moins les roues ne voleront pas en dessous. Coûts : 2,50 €.

plage des pêcheurs

Bien que le port de pêche soit une attraction pour nous, c'est un événement d'une gravité mortelle pour les gens qui y vivent et y travaillent.

Il y a plusieurs centaines de bateaux magnifiquement colorés le long de la plage. Il n'y a pas de port avec une jetée, non, l'entrée et la sortie des bateaux en bois se font par la plage. Les navires sont lancés quotidiennement sur le sable de toutes leurs forces. L'océan au large de Nouakchott semble regorger de poissons.

Une plage pleine de bateaux de pêche
Une plage pleine de bateaux de pêche
Récupération du bateau et du poisson
Récupération du bateau et du poisson

En ce qui nous concerne, les hommes ont une vie dure et sale. A leur retour en fin d'après-midi, ils reçoivent la visite de porteurs qui ramènent le poisson pêché au marché ou à l'usine. Il nous est difficile de le maintenir sur le marché, la puanteur est si intense que respirer par la bouche est la seule option.

Derrière le marché se trouvent de nombreuses rues avec des boutiques où les hommes traînent, essaient de vendre quelque chose, raccommodent des filets et jettent leurs ordures dans les rues non pavées. La distance entre ce à quoi nous sommes habitués dans le monde occidental et ce que nous voyons ici est presque inimaginable.

Bateaux abandonnés sur la plage de Nouakchott
Bateaux abandonnés sur la plage de Nouakchott

Nous sommes heureux d'avoir également vu ce côté de Nouakchott.

Un autre tour à travers le sud de la Mauritanie

Parce que nous avons l'impression de ne pas avoir assez vu la Mauritanie, nous décidons de refaire un tour par le sud. L'une des cibles est les crocodiles blancs du lac Matmata. Il semble que quelques crocodiles vivent encore ici, alors qu'il y a des millions d'années, le Sahara d'aujourd'hui était beaucoup plus riche en eau. 

Nous faisons un tour d'environ 1800 kilomètres et cela prend 7 jours. La route nous emmène dans les endroits les plus reculés et dans des villages où les habitants n'ont jamais ou à peine vu un occidental blanc.

Transport de bétail et de marchandises | Par voie terrestre en Mauritanie
Transport de bétail et de marchandises | Par voie terrestre en Mauritanie

Le parcours est constitué pour environ la moitié d'asphalte, l'autre moitié sont des pistes carrossables ou il n'y a rien. Dans ce cas, il ne reste plus qu'une ligne sur notre navigation que nous suivons.

Malheureusement, la route vers les crocodiles est devenue trop mauvaise pour nous. Nous avions maintenant parcouru 25 kilomètres dans le sable et étions déjà assez proches de notre objectif. Nous n'avions pas envie de nous creuser à 40 ans et plus.

Nous sommes retournés dans une colonie où nous avons rassemblé environ 60 à 70 enfants autour de nous en un rien de temps. Ils hurlent, crient, font signe, se rapprochent et tressaillent à nouveau. C'est le résultat du fait qu'ils n'ont apparemment jamais vu de Blanc. Une expérience très spéciale.

Enfants saluant et s'enfuyant | Par voie terrestre en Mauritanie
Enfants saluant et s'enfuyant | Par voie terrestre en Mauritanie

Quelques enfants osent lui donner un coup de main, mais se retirent rapidement. La plupart gardent leurs distances. Quand nous partons, ils courent après nous sur des centaines de mètres.

Village avec dunes de sable | Par voie terrestre en Mauritanie
Village avec dunes de sable | Par voie terrestre en Mauritanie
Place pour la nuit | Par voie terrestre en Mauritanie
Place pour la nuit | Par voie terrestre en Mauritanie

L'isolement du reste du monde est très grand dans ce village. Nous ne pouvions pas non plus le trouver sur une carte.

Juste un jour du journal

16 Octobre 

Nous commençons la journée avec quelques corvées. Pendant que Grietje fait la vaisselle, Cor gonfle à nouveau les pneus du camping-car. Nous sommes dans le sable, à environ 200 mètres de l'asphalte, donc cette dernière partie se fera en pneus durs. Juste vérifier le liquide de refroidissement et le filtre à air et une petite réparation du tuyau de vidange.

Ensuite, nous sommes prêts à partir. Putain de merde, la voiture s'enfonce au lieu d'avancer. Trop tard… nous sommes coincés dans le sable. Dégonflons à nouveau les pneus et réessayons. Mais hélas, nous étions déjà allés trop loin. Heureusement, à environ 25 mètres se trouve un arbre raisonnable auquel nous attachons notre treuil. Gretel actionne les boutons du treuil, tandis que Cor accélère prudemment. Un peu plus tard, nous sommes à nouveau libres et nous pouvons facilement franchir les 200 mètres jusqu'à l'asphalte. Ici nous gonflons à nouveau les pneus et partons pour une balade de 100 kilomètres sur asphalte jusqu'à Kiffa, un village assez important. 

Ici, nous pouvons faire quelques achats. Eau, légumes, fruits, crédit internet, gasoil, pain, biscuits et yaourt sont les besoins.

Les fruits et légumes sont très limités. En fait, seuls les pommes de terre, les oignons et les bananes sont à vendre. Le fruit a une qualité douteuse. Yaourt que nous trouvons à la quatrième tentative. Le crédit eau et internet est disponible partout, ainsi que le gasoil à 1,37 € le litre.

Il fait chaud et poussiéreux dans le village. Les gens nous regardent comme si nous étions des extraterrestres. Ils ne sont pas vraiment utiles ici et nous ne nous sentons pas vraiment les bienvenus.

La circulation sur la rue principale est un grand chaos. Nous soupçonnons que la plupart d'entre eux n'ont pas de permis de conduire et que tout s'enchaîne. Il ne semble pas y avoir de règles de circulation.

Quoi qu'il en soit, nous roulons et arrivons bientôt à un poste de contrôle de police. L'homme demande nos papiers et veut savoir où va le voyage.

Il nous explique où nous pouvons le mieux aller. En attendant, il nous invite à venir manger nos sandwichs sous sa tente, là où se trouve la seule ombre de l'environnement. 

Bien sûr que oui, et un peu plus tard, nous mangeons notre sandwich avec le sergent.

Nous continuons sur la route goudronnée pendant un moment et arrivons dans un hameau où la surface de la route se transforme soudainement en une piste hors route.

On allume le 4×4 et on s'enfonce à nouveau dans la nature. Ensuite, nous traversons des paysages incroyablement beaux avec de superbes vues. Le long du chemin se trouvent parfois de minuscules villages ou simplement des structures séparées où vivent les gens.

Paysage
Paysage
gorge spéciale
gorge spéciale

Ils élèvent des chèvres, des ânes et du bétail en grand nombre ici. Le chemin est souvent flou et il faut parfois chercher entre les arbres le bon chemin. 

Lentement, le paysage change et il devient plus humide. Cela signifie une végétation différente et nous voyons de plus en plus d'oiseaux différents. Ici et là, nous devons traverser une rivière, où Grietje vérifie d'abord la profondeur et le sous-sol à pied.

À un moment donné, notre route aboutit à une impasse contre un étang / marécage. Nous devons tourner et trouver un autre chemin. En nous retournant, nous voyons un énorme lézard. L'animal mesure au moins 75 centimètres de long et nous prenons une photo depuis la voiture.

Un peu plus loin se trouve une zone dégagée avec un peu d'herbe. Bon, il est quatre heures et demie, et il fait terriblement beau ici, nous décidons de passer la nuit ici. On apercevra peut-être plus d'animaux ce soir ou demain matin.

Troupeau de dromadaires
Troupeau de dromadaires

Pendant que nous écrivons ceci, des garçons passent au loin, faisant joyeusement signe de la main sur des charrettes tirées par des ânes. Un peu plus tard suit un chevrier qui revient avec son troupeau dans un village perché sur une colline, à environ 2 kilomètres.

Maisons rondes en terre
Maisons rondes en terre
Nom inconnu
Nom inconnu

Nature intacte et pistes hors route

Le circuit par le sud nous va bien, nous profitons au maximum de la nature et de la pureté. Les pentes hors route sont parfois très difficiles. Souvent, le chemin disparaît et nous devons chercher nous-mêmes la bonne direction. 

Plusieurs fois, nous devons traverser des flaques d'eau profondes et des gués de rivière. Le dernier était très excitant car nous avons d'abord dû descendre à pic, traverser un demi-mètre d'eau, puis remonter tout droit. 

Vous pouvez voir de tout que la nature devient plus humide. On voit beaucoup plus d'herbe verte, des arbres et parfois une oasis. Parfois, il fait si chaud et humide qu'il fait penser à une forêt tropicale humide. Mais que voulez-vous, nous roulons aussi près de la frontière sénégalaise, au sud du Sahel.

Accueil | Par voie terrestre en Mauritanie
Accueil | Par voie terrestre en Mauritanie
Au puits | Par voie terrestre en Mauritanie
Au puits | Par voie terrestre en Mauritanie

Le règne animal change également de composition. Les dromadaires ont été échangés contre d'énormes troupeaux de bétail. Les chèvres et les ânes restent. Nous apercevons un gros lézard. On peut juste en prendre une photo avant qu'elle n'entre dans le marais.

Lézard 75 cm | Par voie terrestre en Mauritanie
Lézard 75 cm | Par voie terrestre en Mauritanie

Et les oiseaux viennent en grand nombre. De nombreuses espèces, oiseaux de proie, oiseaux aquatiques et autres spécimens colorés abondent. On prendra une photo si possible.

corbeau
corbeau
Visage dangereux
Visage dangereux

Enfin, nous longeons la frontière sud, le long du fleuve Sénégal à l'ouest où nous atteignons le poste frontière de Rosso (emplacement ici) en raison des nombreuses critiques négatives concernant les temps d'attente et la corruption. Nous traversons la frontière sénégalaise à Diama (lieu ici).

Notre image de la Mauritanie

Les photos

Le nombre de photos est limité cette fois. La raison en est le respect de la population locale. Nous aimons capturer ce que nos yeux voient, mais vous ne voulez pas non plus donner aux gens l'idée que nous "regardons des marionnettes". Nous avons pris une photo sournoise ici et là, mais cela ne donne pas une image globale de tout ce que nous avons vu.

Très variables

Après presque 3 semaines en Mauritanie, nous avons une image raisonnable du pays. Notre matériau de comparaison récent est le Maroc, qui est encore frais dans nos esprits. En Mauritanie, de nombreux aspects sont juste un peu plus extrêmes. La foi islamique est la base de tout. Cela a été profondément mis en œuvre dans la vie quotidienne des gens.

Nous avons rencontré des gens très variables dans la gentillesse. Ici et là, nous avons été accueillis et ils avaient l'intention de nous chouchouter. Mais nous avons également été traités avec prudence ou même ignorés. L'ignorance et la méconnaissance sont la raison pour laquelle nous pensons. Sur la base de la dernière partie du parcours, nous devons ajuster un peu notre avis, les gens ici étaient très sympathiques, nous avons été invités dans une communauté villageoise et nous avons spontanément offert du couscous dans un village isolé.

Niveau de vie

Le niveau de vie est à bien des égards incomparable avec les coutumes occidentales. Cela ne veut pas dire qu'on est malheureux. Nous avons vu de nombreux visages heureux. Il y a peu ou pas de contact avec le reste du monde, surtout dans les régions reculées où il n'y a pratiquement aucun moyen de transport, à l'exception d'un 4×4, dont seuls quelques-uns disposent.

Les gens ont cultivé ou acheté suffisamment de nourriture, qu'ils l'aient ou non cultivé ou acheté eux-mêmes. Beaucoup ont même un téléphone portable.

Nous en voyons peu travailler en cours de route. Ce n'est pas non plus possible dans les conditions météorologiques. La grande majorité se prélasse sous un abri ou un arbre.

La qualité des routes

La qualité des routes est très variable. Nous avons vu de nouvelles routes magnifiquement goudronnées, mais parfois vous vous retrouvez au cœur d'un village où même un 4×4 a du mal avec les trous et la boue. Mais les énormes nids-de-poule inattendus sur certaines routes asphaltées sont les plus ennuyeux. Ils ne se démarquent pas et si vous les parcourez de manière minime, cela vous coûtera un pneu ou un amortisseur. Nous n'avons jamais voyagé dans un pays où nous avons été contrôlés aussi souvent que la Mauritanie.

Nous avons dû remettre une copie de nos passeports et papiers de voiture au moins 50 fois.

Levensmiddel

Les fruits et légumes sont peu disponibles. Il n'y a que des pommes de terre, des oignons, des bananes et parfois quelques raisins. Les prix des denrées alimentaires sont plus élevés que ceux auxquels nous étions habitués au Maroc, souvent vers les prix européens.

Vaches et bidons de lait | Par voie terrestre en Mauritanie
Vaches et bidons de lait | Par voie terrestre en Mauritanie

Pour les overlanders et les aventuriers

Nous ne recommandons pas la Mauritanie à tous ceux qui recherchent des vacances soleil, mer, plage. Il y a peu d'options d'hébergement dans le sens d'hôtels ou d'auberges, surtout si vous allez plus loin dans le long. Mais pour les aventuriers, les overlanders avec leur propre 4×4 et hébergement de nuit, c'est un vrai paradis à découvrir. Vous trouverez ci-dessous une courte vidéo de l'itinéraire que nous avons emprunté.

Hautement recommandé!


À propos de NoFear Travel | Overlanders

Un Drenthe et un Frison ont attrapé le virus du voyage et parcourent le monde avec leur camping-car Toyota Hilux 4×4. Nous sommes Cor et Grietje van Voyage sans peur et nous vous accompagnerons roadtrip / aventure terrestre. Vous trouverez ci-dessous un bref aperçu (extensible) de nos articles précédents. Amusez-vous à lire!


Voyage sans peur

Voyage sans peur

Un Drent et un Frison ont attrapé le virus du voyage et parcourent le monde avec leur camping-car 4×4. Nous sommes Cor et Grietje de NoFear Reizen et nous vous accompagnerons roadtrip aventure.

Vous avez vu une erreur ? Interroger? Remarque? Faites le nous savoir dans les commentaires!

Traduire "
Copier le lien